Piloter des machines à commande numérique dans l’agroalimentaire

Aujourd’hui, le numérique imprime tous les corps de métiers. Ceux de l’image et du son ont été les premiers à utiliser cette technologie comme dans le cadre de la photographie et de la vidéo. Désormais, ce sont aussi les industries qui développent le travail de précision à l’aide de machines à commande numériques. Néanmoins, derrière le robot, il y a des employés qui les programment, les vérifient et les entretiennent.

Qu’est-ce qu’un pilote de machine de production ou de conditionnement ?

Il est devenu en quelques années la véritable clé de voûte de la production industrielle. Ses principales attributions sont la préparation, le démarrage, la conduite et la surveillance du processus de fabrication et de conditionnement des produits. Pour cela, il doit entretenir convenablement les machines, savoir les utiliser et les programmer et connaître l’ensemble des règles de sécurité et d’hygiène sur l’ensemble de la chaîne.

Un profil recherché dans l’agroalimentaire

Les exigences toujours plus élevées en matière de propreté dans la production industrielle alimentaire nécessitent d’investir dans de la technologie de pointe. L’utilisation de machines à commandes numériques est de plus en plus fréquente pour optimiser la production. C’est donc un secteur d’emploi en augmentation ces derniers temps, mais qui est encore assez méconnu du grand public.

Un métier accessible sans le BAC

Les fiches métiers que l’on trouve sur le Web indiquent qu’il faut un niveau baccalauréat pour accéder à ce métier. Il existe néanmoins des centres de formation spécialisés dans l’agroalimentaire qui proposent des Brevets professionnels, accessibles dès la seconde ou le CAP. Il s’agit d’une formation technique qui offre des qualifications professionnelles et qui permet d’être embauché après l’obtention du diplôme. En effet, les cursus en alternance impliquent d’apprendre à la fois en école et en entreprise tout en étant rémunéré. C’est un parcours d’étude désormais privilégié des jeunes qui ont accès plus facilement à une première forme d’indépendance.

Laisser un commentaire